Justice

L’éducation de la foi requiert de nous un engagement concret dans la promotion de la justice. Dans cet esprit, et selon les enseignements de l’Église, nous portons, à travers notre œuvre d’éducation, un intérêt particulier aux pauvres et aux défavorisés. 

- Constitutions, no 13

Cette préoccupation à privilégier les pauvres et les petits s’est manifestée dès les débuts de notre fondation par des actions concrètes répondant aux attentes de nos milieux et aux demandes de l’Église. Ainsi, Marie-Rose Durocher recueillait de jeunes Irlandaises à Montréal  en 1847. Des sœurs soignaient des  malades atteints d’une épidémie de vérole à Jacksonville et à Key West, en Floride. D’autres assumaient le rôle d’infirmières zélées auprès des blessés de la guerre hispano-américaine. D’autres encore prenaient en charge les enfants délaissés ou orphelins à la suite de fléaux et leur apportaient éducation et sécurité.

Depuis le Chapitre général de 1986, nous avons identifié de nouvelles approches créatives en matière d’éducation et réaffirmé notre mission dans l’esprit d’une action libératrice qui peut se résumer ainsi : « Éduquer pour libérer ». C’est-à-dire : aider la personne à se « nommer », à trouver son identité propre.

Au Chapitre général de  2016, nous avons pris l’engagement de « participer activement à la recherche de structures, de relations et d’actions qui libèrent la vie là où elle est menacée ».

Nous avons souhaité « nous laisser interroger par les questions émergentes de notre temps ». Ainsi, l’appel à la justice est une priorité qui anime toutes nos actions apostoliques. Les droits humains fondamentaux, la dignité de la personne, la santé de notre planète Terre, l’ouverture aux autres cultures, la collaboration et l’interdépendance sont des valeurs que nous approfondissons et cherchons à promouvoir de multiples façons.

Déclaration sur le racisme

Congrégation internationale, nous, Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, en solidarité avec la Conférence nationale des religieuses noires américaines, condamnons le racisme systémique. La mort violente et injuste de George Floyd et de plusieurs autres Américains de souche africaine annonce un mouvement mondial afin de mettre fin au racisme, à l’iniquité, à l’exclusion. Ces morts relancent notre engagement envers les changements systémiques.

Nous reconnaissons que les problèmes sociaux, politiques, économiques et environnementaux de notre siècle sont de nature globale et inextricablement liés. Nous nous engageons donc à participer activement à la recherche de structures, de relations et d’actions qui libèreront la vie, là où elle est menacée. (Actes du Chapitre général 2016)

Nous reconnaissons notre propre complicité dans ce racisme institutionnel. Nous nous engageons à déceler ce racisme en nous-mêmes et à le dénoncer partout où il favorise des personnes et en rabaisse d’autres. Nous élevons la voix et nous nous joignons aux efforts faits pour mettre fin au racisme.

Comme congrégation de femmes religieuses, nous soutenons tout mouvement de justice envers les communautés de couleur, tant aux États-Unis que partout dans le monde.

Juin 2020

Aujourd’hui, plusieurs sœurs sont encore présentes dans des ministères éducatifs alors que d’autres sont engagées  dans des actions plus directement reliées à la justice et à la promotion de la dignité humaine. En collaboration avec des partenaires, nous sommes actives de nombreuses façons dans le monde.

Ministères actuels

Aumôniers Services diocésains Soutien aux prisonniers
Service VIH / SIDA Soins de santé Hospitalité
Soutien aux aînés Formation et soutien aux arts : musique / arts picturaux / écriture Travail social
Tutorat Administration / Formation Leadership Conseils d’administration
Plaidoyer social Arts ménagers : Couture / Tissage / Tricot … Spiritualité / Direction spirituelle
Services de soutien Rôle-conseil Accompagnement psycho-spirituel
Immigrants et réfugiés Femmes en difficulté  Jeunes de la rue / Bénévolat multiple 
Orphelins (parents sidéens) Personnes marginalisées Alphabétisation

Fidèle à  assumer sa responsabilité collective, notre congrégation a adopté trois prises de position collective découlant d’un processus d’analyse et de réflexion. Elles ont pour objet : la lutte contre la traite humaine, l’accueil des personnes migrantes et réfugiées et la protection de l’eau.

Conscientes des problématiques globales aux multiples interactions, nous travaillons en collaboration avec d’autres organismes qui font la promotion de valeurs identiques aux nôtres. Ensemble, nous osons interpeller directement des dirigeants, des élus et des médias. Nous transmettons des lettres et des pétitions tout en poursuivant notre travail de sensibilisation et d’information.